Prochainement
Vos photos
     
 

Coming out: témoignages

 

"En son temps, Papa, je me suis posé une question simple: puis-je renier tout ce que je ressens et que je suis, passer à côté de l'amour, du bonheur, de la vie en somme; et de surcroît prendre les gens que j'aime pour des dupes, leur faire croire que je suis quelqu'un que je ne suis pas?


Non, je ne puis pas. Car exister ne me suffit pas, il me faut vivre. Et au grand jour, de surcroît. Je suis comme ça, je supporte mal la disimulation. Donc le dire: coming out. Ca, il faut que je te le dise, Papa, ce n'est pas vraiment une partie de plaisir. Je crois même que ça a été la plus grande épreuve de ma vie.


Et tu sais pourquoi? Parce que moi-même j'ai été homophobe, moi-même je me suis coincée dans des rôles qui n'étaient pas les miens, avec une telle application que j'ai failli en mourir. Par peur, par conformisme, par lâcheté sûrement. Mais aussi parce que personne ne m'a jamais dit que si j'aimais une fille, cela pouvait aussi être bien. Personne, jamais."

Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000

 

"C'est seule que j'ai dû identifier ma différence, l'apprivoiser. Elle m'a permis de voir le monde de manière critique, m'a contrainte à ne pas systématiquement accepter les chose que l'on me présentait. Comment ne pas devenir critique lorsque, sans savoir pourquoi, ce que l'on vous impose est étranger à ce que vous ressentez?"

Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000

 

"Nous grandissons dans un monde de valeurs imbibées d'hétérosexualité, coincés dans un modèle familial patriarcal imposé et incontournable, où l'homosexualité n'a ni place ni parole. Je n'avais jamais entendu parler positivement de l'amour entre femmes. Ca m'a manqué. Il n'y a pas d'histoires de princesses lesbiennes dans les contes pour enfants."

Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000


"Alors j'ai décidé d'en parler, pour ne pas continuer à vivre dans un demi-jour, sans vraiment mentir, mais sans dire la vérité non plus.
Je le dis à ma famille, je dors une immense nuit de paix et je me réveille, pour la première fois, vraiment lesbienne."

Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000

 

« Vivre c'est parler, aimer librement qui on veut...
Survivre, c'est s'isoler et devenir la personne que les autres veulent...
L'important c'est d'être soi-même!
La vie est un cadeau, la peur une porte fermée...
Si tu n'ouvres pas la porte tu ne sauras jamais quel cadeau se trouve de l'autre côté....
»
Julie, 17 ans

 

"Chaque jour affronter le regard des autres et son propre regard, chaque instant devoir essuyer la crainte, parfois le mépris parce qu'une nuit j'ai trop bu et trop parlé; toujours s'interdire d'aimer...
jusqu'à s'interdire de vivre."

Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000


 

 

 
 


 
blues-out
photo: Etienne Delacrétaz
 
   
 
 
 
   
© web developpement: atelierssud.ch | graphisme: chatty ecoffey