Coming soon
Blues-out-maton
     
 

Le processus


Le processus du coming out se déroule dans la majorité des cas à l'adolescence mais peut également se produire beaucoup plus tard dans la vie d'une personne. Le processus se divise en plusieurs étapes qui se succèdent dans le temps. Le nombre varie d'un auteur à l'autre. On compte de 3 à 6 étapes distinctes dans le processus du coming out:

  1. se questionner sur son orientation sexuelle
  2. reconnaître ses attirances
  3. explorer les possibles
  4. accepter son orientation sexuelle
  5. valoriser son orientation ou identité sexuelle
  6. intégrer son orientation sexuelle

Selon les études réalisées en Suisse et à l'étranger, c'est en moyenne à l'âge de 12 ans que les hommes gays reconnaissent pour la première fois une attirance pour une ou des personnes de même sexe (étape 2 du coming out). Les mêmes études ont montré qu'entre cette étape et le moment où un jeune gay peut parler de son homosexualité à au moins une personne de son entourage, il s'écoule en moyenne 10 ans. Pour les jeunes gays qui ont moins de 25 ans actuellement, ce délai s'est heureusement raccourci à 4 ou 5 ans.

 

Ce sont ces 4 à 10 ans de silence et d'isolement à l'adolescence qui sont les plus risqués pour les jeunes homosexuels. C'est dans ces années là, entre 12 et 16 ans, lorsque les jeunes sont encore à l'école obligatoire, que l'école a la possibilité et le devoir d'intervenir afin de protéger la santé et la vie des jeunes gays et lesbiennes.

 

"Il m’aura fallu du temps pour accepter mon homosexualité. Mais le moment venu, je l’ai très vite assimilée. J’ai fait mon coming out : j’en ai parlé ouvertement à mes rares amis, à mes collègues, puis rapidement à ma famille. A ma grande surprise, tous l’ont très bien acceptée. Personne ne m’a rejeté. Depuis, j’ai gagné l’amitié de beaucoup de nouvelles personnes, cette fois non pour mes actions, mais pour ma personne. Aujourd’hui, je suis fier d’être qui je suis. Je suis gay et heureux de l’être." Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000

 

 

Le parcours héroïque des adolescents gais


Contrairement à la croyance largement répandue qu'il est beaucoup plus facile d'être gay aujourd'hui, pour la plupart des adolescents, la découverte de leur homosexualité crée d'abord une souffrance. Souffrance intime profonde où se mêlent des sentiments de honte, d'anxiété, d'incompréhension, souffrance vécue secrètement, dans une grande solitude, par peur que son homosexualité soit découverte.

 

A ce moment, ni les parents, ni les copains, ni les enseignants ne semblent pouvoir offrir une oreille amie au jeune homosexuel. Au contraire, les sentiments qui dominent sont la honte de soi – je ne suis pas normal –, la peur de décevoir ses parents – et quel parent ne sera pas déçu d'apprendre que son fils est homosexuel ! – et la peur du rejet et de violences verbales et physiques à l'école – chacun a vu et entendu comment les pédés sont traités dans les cours d'école et les salles de classe, souvent dans le silence désemparé des enseignants.

 

Rappelons que si le racisme est illégal en Suisse, l'homophobie quant à elle, ne fait l'objet d'aucune sanction.

 

Dans ce contexte d'incertitude et de peurs s'ajoute la difficulté pour les jeunes gays à rencontrer un ami, un amant, avec lequel partager désir, tendresse et plaisirs de l'adolescence, alors que les pairs font monter la pression et s'attendent à ce que le jeune homme prouve qu'il est un vrai mec et, au minimum, drague les filles à la disco.

Le moins que l'on puisse dire est qu'un jeune gay qui sort indemne d'un tel parcours est doté d'une force et d'un courage exceptionnels. Tous n'ont pas cette force. Les conséquences négatives de l'homophobie sur la santé des adolescents homosexuels sont graves et multiples : anxiété, dépression, prise d'alcool et de drogues, homophobie intériorisée, haine de soi, suicide.


"Le coming out ? J’ai toujours pensé qu’il nécessitait une confiance en soi sans limite. Et je continue de penser que l’accueil que nous réserve la société, même s’il a un peu évolué, demande une grande réflexion sur ce qu’on attend de la vie avant de pouvoir se lancer et parler à son entourage." Tiré de "A visage découvert", de Stéphane Riethauser, éditions Slatkine, 2000

 
 


 
blues_out
photo: Etienne Delacrétaz
 
   
 
 
 
   
© web developpement: atelierssud.ch | graphisme: chatty ecoffey